Le Metatarsus adductus

Le Metatarsus adductus est une déformation de l’avant-pied vers l’intérieur, le reste du pied étant normal. Il était autrefois appelé « metatarsus varus », mais cette dénomination est impropre car un varus correspond habituellement à une déformation de l’arrière-pied.

Cette déformation du pied est très fréquente à la naissance (3% des naissances) et fait partie des troubles positionnels, qui sont la plupart du temps bénins. Ils sont dus aux contraintes que subit le foetus au cours de la grossesse.
Les autres troubles positionnels pouvant être constatés sont le torticolis congénital, le genu recurvatum, ou d’autres malpositions bénignes de l’avant-pied. A noter qu’en cas de trouble positionnel, il faut penser à vérifier qu’il n’y ait pas non plus une malposition des hanches associée passée inaperçue. Il ne faut donc pas hésiter à prescrire une échographie des hanches à 1 mois même si l’examen clinique est normal.

Cette déformation n’a rien à voir avec un pied bot, qui est une véritable malformation locorégionale du membre inférieur et qui nécessite un traitement spécialisé dès la naissance. Dans ce cas, le pied est déformé dans les trois plans de l’espace, avec en particulier un équin.
Le traitement du metatarsus adductus est simple à la naissance et dépend de la réductibilité de la déformation (recommandations HAS).

80% des metatarsus adductus régressent spontanément. En cas de pied souple bien réductible, de simples massages effectués par les parents avec une stimulation du bord externe du pied lors des changes et de la toilette suffisent dans les premiers mois de vie. Si le pied n’est pas réductible à la naissance, une rééducation douce peut être prescrite avec mise en place éventuelle d’un strapping ou d’attelles selon le degré de réductibilité.
Après deux mois de vie, si le pied n’est toujours pas corrigé, il faudra alors adresser l’enfant à un orthopédiste pédiatre qui décidera si le pied nécessite un traitement orthopédique plus lourd (plâtres correcteurs, attelles rigides…). Ceci permettra aussi de dépister un éventuel « pied en Z », qui est une déformation du pied rare qui peut être confondue avec un metatarsus adductus, mais dans ce cas le pied est très raide et résiste aux traitements orthopédiques.

L’évolution est en général très favorable. Dans quelques cas il arrive que la déformation récidive et nécessite de nouveau des plâtres correcteurs avec relais par des attelles postérieures nocturnes sur mesure, ou l’utilisation de chaussures orthopédiques à bord interne rectiligne. Les semelles classiques n’ont que très peu d’action sur la correction du metatarsus adductus car elles ne permettent pas une réaxation de l’avant-pied par rapport à l’arrière-pied.


La kinésithérapie n’est d’aucune utilité si le pied est souple. Toutefois, cette déformation ne gêne presque jamais le chaussage. Les patients ont une vie normale et le recours à une intervention chirurgicale est exceptionnel.

Dr. M. DELPONT
Chirurgie orthopédique et plastique infantile
CHRU de Montpellier (34)

Liens Plan du site Informations légales Archives © 2015 PROTEOR - Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite